Courrier Nitrate d’Ammonium

Madame, Monsieur,

Le 31 août et le 7 octobre derniers, trois médias locaux, Le Parisien Seine-et-Marne, le Journal La Marne, et le compte Facebook de Nationale 2 Infos ont relayé des informations erronées, incomplètes et volontairement alarmistes concernant le stockage de matières dangereuses sur le territoire de notre commune, au sein de la Coopérative ValFrance.

Profitant d’un contexte d’actualité anxiogène lié au drame ayant touché la ville de Beyrouth, ces médias ont procédé à un parallèle et à des raccourcis sensationnalistes pour laisser croire en leur capacité à révéler des faits ou des vérités, sans n’avoir jamais contacté les principaux intéressés, à savoir la coopérative agricole Valfrance ou la commune de Saint-Mard. Nous avons donc pris tout le temps nécessaire pour échanger, vérifier et valider les données mentionnées ci-dessous, destinées à vous apporter l’information la plus claire, la plus étayée et la plus objective possible.

CONCERNANT TOUT D’ABORD LA MATIERE STOCKEE. A LA QUESTION « EST-CE QUE DU NITRATE D’AMMONIUM PUR EST STOCKE A SAINT-MARD ? », LA REPONSE EST CLAIREMENT NON ! Un peu plus d’explication s’impose… Les terribles accidents de l’usine AZF de Toulouse et plus récemment du port de Beyrouth sont les malheureux résultats d’un stockage de nitrate d’ammonium pur. Concernant notre commune, il s’agit d’engrais agricoles dont l’un des ingrédients mineurs est le nitrate d’ammonium, très largement dilué dans la composition. Par ailleurs, et un peu de chimie s’impose, cette part de nitrate d’ammonium entrant dans la composition de l’engrais, est rendue inerte par l’ajout de chaux ou d’argile neutralisant totalement la capacité du produit à absorber un comburant et donc à exploser.

A titre de comparaison, prenez un litre d’essence et versez dessus près de 3 kilos de sciure de bois… Résultat, le briquet allumé à coté ne fera que vous bruler les doigts, bien avant qu’une quelconque explosion ne se produise.

Enfin, il est nécessaire de savoir que chaque engrais stocké au sein de toutes les coopératives de France, et Saint-Mard ne fait pas exception, sont produits par des fabricants professionnels qui sont tenus, pour toutes commercialisations, de réaliser des tests de détonation en laboratoire afin d’obtenir des résultats conformes aux normes fixées par l’Etat.

 DONC, POUR RÉSUMER : les substances entreposées au sein des locaux de ValFrance à Saint-Mard sont des engrais agricoles fabriqués et contrôlés selon des normes strictes, dont le nitrate d’ammonium n’est que l’un des composants mineurs, ce nitrate d’ammonium étant rendu inerte par l’ajout de matière empêchant toute explosion. Rien de très comparable avec le nitrate d’ammonium pur qui a provoqué les terribles accidents de Toulouse et de Beyrouth.

  

Mais, nous avons souhaité aller plus loin et avons donc pris le temps d’échanger avec le Directeur Général de ValFrance pour vous communiquer encore plus d’informations. En effet, au-delà de la matière, dont désormais vous savez tout, les conditions de stockage sont également essentielles.

Sur ce point, soyons à nouveau très clairs ! Les engrais agricoles ne sont pas stockés dans les silos, mais dans des bâtiments prévus à cet effet et selon le principe du stockage à plat pour éviter, notamment, tout effet de montée en température. Autre élément concernant le tonnage et la durée du stockage : les 1249 tonnes évoquées par les médias, relèvent de la quantité maximale autorisée pour les engrais comportant une part mineure de nitrate d’ammonium dilué. Actuellement, 220 tonnes sont stockées à Saint-Mard, là où la législation en autorise jusqu’à 1249 tonnes. Rappelons enfin que la période de stockage n’excède pas 6 à 7 mois (de juillet à Janvier en général).

Encore une fois, on est bien loin de ce que laissent croire certains « journalistes » suggérant que plus de 1200 tonnes de matières explosives seraient détenues en permanence sur le territoire de notre commune.

Enfin, nous vous épargnons ici les numéros de déclarations, les codes de normes ainsi que les noms des multiples commissions et visites de contrôle effectuées, mais il est bien évident que le site et le personnel de ValFrance disposent de l’ensemble des arrêtés préfectoraux, autorisations et divers agréments leur permettant d’exercer leurs activités. Il s’agit d’un site soumis auprès des services de la Préfecture « à Déclaration » pour la rubrique ICPE 4702 (stockage engrais azotés).

Cet épisode anxiogène bien inutile, résultat d’un exercice du journalisme peu qualifiable et d’un mauvais penchant de certains à agiter les chiffons rouges pour des raisons peu avouables, démontre, une nouvelle fois, toute l’importance d’un échange quotidien entre élus et administrés. Nous y sommes très attachés et restons à l’écoute des questionnements et inquiétudes de chacun qui, même si elles sont la conséquence d’une mauvaise information, restent légitimes.

 Pour conclure, nous tenons ici à remercier sincèrement le Directeur général de ValFrance qui s’est montré d’une disponibilité et d’une transparence exemplaires face à cette situation. Par ailleurs, la Direction de ValFrance et les membres du Conseil municipal sont largement tombés d’accord sur la possibilité d’organiser, si besoin, une visite permettant de découvrir la coopérative.

En espérant que ces quelques lignes aient pu vous éclairer et vous conforter dans le fait que Saint-Mard est et reste un village où il fait bon-vivre.